Les petits éxpats, une vie d’aventure !

Mon expatriation m’est tombé dessus sans prévenir. En 3 minutes j’ai dû dire oui à une nouvelle vie sans rien connaitre de mon pays d’accueil, sauf tout un tas d’idées reçues. C’est après que j’ai commencé à me poser des questions. Parmi les petits tracas, LA plus grande préoccupation, et je présume, la préoccupation de toutes les mamans qui projettent de s’expatrier : Comment vont survivre nos marmots dans ce nouveau pays ? Comment vont- il pouvoir demander à la maitresse d’aller aux toilettes ? Quoi il n’y a pas d’école Française ? Mais comment vont- ils se faire des amis ? Pauvres enfants déracinés qui ne parlent pas un mot de Chinois !

Tout un tas de questions existentielles qui transforment notre cerveau en cocotte minute prête à exploser à n’importe quel .

Pourtant, après 6 mois de scolarité Sino – Anglaise, ma plus grande fille me reprend quand je parle Chinois. Elle me sauve dans certaine situation du genre  » maman si tu cherches les toilettes plutôt que de mimer tu peux dire Cèsuô ». Elle me récite ces poésies en Chinois et on fait des recherches ensemble pour savoir ce que ça veut dire.

Ma plus petite me balance des  » maman be carefoul !  » et joue avec des « dà che  » ( grosses voitures) . Elle répond « To ! » quand la maitresse fait l’appel et dit  » bu yao » ( je ne veux pas ) quand les mamies veulent lui toucher les cheveux.

Tout ça ne s’est pas fait du jour au lendemain. L’intégration à été très difficile, et les moments de doute m’ont rendu dingue. Les crises de pleure le matin, les différences culturelles avec les maitresses, les incompréhensions …

Pourquoi je leur fais subir ça ? Pourquoi elles n’ ont pas une vie comme  » tout le monde  » avec leurs copines d’enfance ? pourquoi je leur retire le plaisir d’avoir leur mamie qui vient les chercher à l’école avec un pain au chocolat ? Ici le chocolat n’existe même pas.

Heureusement il y a des jours où l’on se dit  » Waouw, on pourra dire qu’on l’a fait ! « , où l’on se dit qu’on a de la chance d’être sur la plus grande place du monde à faire de la luge sur une rampe de skate alors qu’il n’y a pas de neige, à regarder le couché de soleil sur la mer jaune, d’ impressionner nos invités avec notre Chinois de « petit Chinois », de danser les danses traditionnelles avec les mamis dans les parcs, de manger sur le pouces des légumes qu’on ne connait pas, de sentir des odeurs désagréables qui maintenant ne nous donne plus de haut le coeur, de prier Bouddha pour se faire pardonner d’avoir essayé de sortir l’encens du temple alors qu’un moine nous observait,  de ne plus entendre les crachats des hommes.

D’ailleurs, qui a dit que les Chinois crachaient ?

« Vos préjugés sont vos fenêtres sur le monde. Nettoyez-les de temps en temps, ou la lumière n’entrera pas » Isaac Asimov

3 commentaires

  1. Oui, cela reflete tres bien les doutes que l’on peut avoir en tant que parents de petites expats…
    PS1: Du peux trouver de l’excellent chocolat via Taobao 🙂
    PS2: Les Chinois ont arrete de cracher en mon absence? serieux?

Dis moi tout :