Ça va les Chinois ?

Depuis mon arrivée, je n’ai pas beaucoup publié car entre le jet lag et la canicule, mon cerveau était en pause.

Je commence enfin à sortir et à m’aventurer hors de la maison. Je suis allée flâner dans les grandes surfaces rayon fromage, j’ai acheté des baguettes et j’ai bu des spritz. J’ai fait un grand sourire au premier Franco-asiatique que j’ai vu. Le pauvre je crois que je lui ai fais peur. J’ai aussi retrouvé les amis et connaissances que j’avais laissé. J’ai été agréablement surprise de voir que beaucoup lisait le blog. Mais pour ceux qui n’avaient pas suivi mes aventures, les questions étaient nombreuses.

Tout commence par le regard. Ce regard de compassion, de peine, heureux de voir que tu as survécue ? Puis vient la question d’un ton grave: « tu vas bien ? ».

Pas de panique les copains ! tout va bien parceque moi en 3 mois, je suis devenue: Chinoise ! Je sais je n’ai pas les yeux bridés mais je crache !

Maintenant on me demande:  » Alors les Chinois, vous allez bien ?  » ou  » On mange quoi chez vous ? » et  » non mais vous ne pouvez pas arrêter avec la fête de Yulin ? »

Mes enfants aussi sont devenus d’étranges créatures … « Mais tu vas à l’école Chinoise ? Allez dis moi 2 – 3 trucs en Chinois !! » et ma préférée : « Alors ma puce, t’as mangé du chien ??  »

Ok les gars on va reprendre depuis le début j’ai comme l’impression qu’il y a un malentendu ! Ma petite par exemple, née à Lyon, elle a vécu 1 an à Paris, puis en Chine. Même si elle à un an et demi elle est Française non?

Le déracinement, un des prix à payer de l’expatriation.

J’ai moi même vécue toute ma vie le cul entre 2 chaises, entre toute ma famille en Italie et ma vie en France avec mes parents. J’ai tellement trouvé ça difficile de vivre avec 2 cultures et de toujours être en décalage que je me suis jurée de ne jamais faire vivre ça à mes enfants. Et pourtant, me voila à les trimballer dans tous les sens, avec notre vie de saltimbanques.

J’ai eu un pincement au coeur quand on à demandé à ma fille l’autre jour :  » tu es d’où ? ».   Elle s’est retournée et est restée là, sans réponse, à attendre que je la sauve. Alors je ne sais pas d’où j’ai puisé cette réponse, mais je lui ai chuchoté à l’oreille  : « tu es une enfant du monde ». Classe non ? N’empêche que ça lui a donné des ailes.

Depuis elle rêve d’être africaine alors elle marche pied nu et elle ne veut s’habiller qu’avec sa robe ananas rouge et jaune. Quand elle décide d’être polynésienne elle porte un paréo et le tour est joué.

Finalement, ce ne serait pas ça, la clef qui permettrait au monde de tourner dans le bon sens ?

 

6 commentaires

  1. Une enfant du monde c’est la grande classe! J’ai aussi le cul entre 2 chaises mais j’adore ça 😊 Tant que tu sais qui es tu peux être n’importe où 😙
    Belle journée chez toi ❤

    1. Je trouvais trop dur de laisser toute la famille à la fin de l été , de ne faire les anniversaires qu’à 4 parceque tout le monde était en Italie, idem pour toutes les fêtes … oh NOn trop dur de vivre sans famille.

  2. Merci Elisabeth
    J’aime beaucoup lire tes papiers c’est très intéressant ,et ce poil d’humour qui fait sourire
    Continue

Dis moi tout :